DALIDA

Dalida, Paris, Bobino, Octobre 1958. © Boris Lipnitzki / Roger-Viollet ; Jean Dessès, robe ayant appartenu à Dalida, 1958. © Julien Vidal / Galliera / Roger-Viollet

Dalida, Paris, Bobino, Octobre 1958. © Boris Lipnitzki / Roger-Viollet

Sa garde-robe, de la ville à la scène

Palais Galliera, musée de la mode de la Ville de Paris

Du 27 avril 2017 au 13 août 2017

Pour le trentième anniversaire de la disparition de la chanteuse Dalida, le Palais Galliera vous ouvre les portes de son incroyable garde-robe.

Dalida, un corps parfait, une taille mannequin, une gestuelle glamour, elle est une icône de la mode. Look pulpeux, fifties, swinging London, acidulé, théâtral... Dalida ne laissait rien au hasard, elle aimait la mode et les couturiers l’aimaient. Habillée par les plus grands à la ville comme à la scène, en haute couture ou en prêt-à-porter, Yolanda, la miss Égypte à l’explosive plastique, devient Dalida et avec Bambino fait un tabac à Bobino. Elle incarne la méditerranée, ensoleillée et tragique, au langoureux accent. Taille marquée, hanche et poitrine moulée, épaule dégagée, chute de reins, tout est vertigineux chez elle. Sophistiquée, parée, maquillée, accessoirisée, c’est une bête de scène. Robes New Look des années 50 griffées Carven, fourreau rouge incendiaire façon Hollywood par Jean Dessès, sobre et chic en Loris Azzaro, robe chasuble du Balmain sixties, costumes paillettes et disco par Michel Fresnay dans les années 70, classique et indémodable en Yves Saint Laurent, elle a tout osé, tout porté. Jean-Claude Jitrois, qui a révolutionné le cuir, disait qu’habiller Dalida, c’est comme habiller les stars au festival de Cannes...

Commissaires : Olivier Saillard, directeur du Palais Galliera, et Sandrine Tinturier, commissaire invitée
Scènographe : Robert Carsen

#ExpoDalida est le hashtag officiel de l'exposition.
Suivez le @PalaisGalliera sur Facebook & Twitter

Espacio prensa