Hans Hartung
Actualité

3 bonnes raisons de voir l’exposition Hans Hartung au Musée d’Art Moderne de Paris

Le Musée d’Art Moderne de Paris consacre la grande exposition de sa réouverture, après une année de travaux de rénovation, à l’artiste Hans Hartung (1904-1989). À voir du 11 octobre 2019 au 1er mars 2020.

Cela fait près de quarante ans que le Musée d’Art Moderne ne l’avait pas honoré d’une exposition. Hans Hartung y fait l’objet d’une vaste rétrospective qui réunit 300 œuvres – peintures, dessins et photographies – aux côtés de documents d’archives, tels que des lettres, des croquis, des carnets et des journaux.

Un portrait complet donc, pour un artiste immense, présenté dans un parcours chronologique en quatre sections. Point de départ de l’exposition ? L’acquisition, en 2017, de quatre œuvres de Hartung. À nous de découvrir le reste du programme… En trois bonnes raisons.

Parce qu’elle permet de découvrir le nouveau MAM

Hall MAM

Le nouveau hall du MAM © S. Chalmeau

Avant de pénétrer dans l’exposition, ouvrons les yeux sur les nouveautés du Musée d’Art Moderne, après un peu plus d’un an de travaux et de fermeture partielle. Le hall d’accueil a été rénové, s'ouvrant davantage à la lumière et à l'espace.

Tout a été repensé pour rendre le musée accessible aux personnes à mobilité réduite. Les salles consacrées aux collections permanentes ont été réorganisées, et le parcours est désormais relié à une application à télécharger sur votre téléphone pour vous guider dans les collections. Même si vous pensiez le connaître par cœur, le MAM se dévoile sous un jour inédit !

Parce qu’elle met en lumière un artiste d’exception

Hans Hartung Photographie

François Walch, Hans Hartung dans son atelier d’Antibes, 1975 Photographie © ADAGP, Paris 2019 Photo : François Walch

Né en 1904 à Leipzig, Hans Hartung fut un précurseur de l’une des inventions artistiques les plus marquantes de son temps : l’abstraction. Dès ses 18 ans, il peint des aquarelles qui évoquent les œuvres de Kandinsky, un artiste qu’il ne connaît pourtant pas à l’époque. Car Hartung porte en lui le souffle de la modernité.

Dans les années 30, il met en place un principe qu’il utilisera souvent : reporter sur la toile la spontanéité de petites esquisses. Sa peinture est celle du mouvement, du geste, du lyrisme ; mais elle reflète également sa passion pour les sciences, l’astronomie et les mathématiques.

Parce qu’elle réunit pas moins de 300 œuvres

Hans Hartung

Hans Hartung, T1982-E15, 1982, Londres © ADAGP, Paris, 2019 ©Tate, London 2019

À cet artiste immense, le MAM ne pouvait donc que rendre un hommage monumental. C’est pourquoi tant d’œuvres sont réunies dans ce parcours chronologique, qui reflète la diversité des expérimentations de Hans Hartung.

On y découvre ses outils et ses très nombreux supports, ainsi que ses innovations : Hartung faisait sans cesse des essais sur les couleurs, reproduisait certaines de ses œuvres à l’identique plusieurs fois, s’amusait avec l’art de la photographie, jouait sur le cadrage, le format… Et s’il ne saurait se résumer à cette assignation, il faut tout de même le rappeler : il est l’un des pionniers de l’art abstrait, qu’il a toute sa vie défié et mis à l’épreuve de techniques et d’inventions formelles.

En savoir plus sur l'exposition

Hans Hartung La fabrique du geste
Jusqu’au 01 mars 2020
Musée d’Art Moderne de Paris,
12-14 avenue de New York 75116 Paris