Tête de Balzac

Étude définitive pour la tête de Balzac

  • Auguste Rodin
  • vers 1897
  • Epreuve en plâtre avec légères traces de gomme-laque
  • BAL89-97
  • Musée : Maison de Balzac

Alors que les contemporains de Balzac caricaturaient volontiers l’écrivain, Rodin souhaite non seulement restituer fidèlement les traits du romancier mais « le sentiment, l’intimité de l’homme, voilà ce qu’il faudrait rendre… Et là, pensez si c’est commode, l’âme de Balzac ! ».  N’y parvenant pas, il privilégie la puissance créatrice, et  son Balzac présente  le front aux orbites saillantes du penseur, l’expression tourmentée et la force colossale du démiurge. 

« Il n’y a pas que les statuaires qui piochent », écrivait Balzac dans sa dédicace de La Femme supérieure au sculpteur David d’Angers. Rodin connaît bien ce travail permanent sans lequel il n’est pas d’œuvre d’art. Il partage avec le romancier cette insatisfaction permanente qui l’amène à multiplier les études et à sans cesse explorer de nouvelles voies, et mesure comme lui la force morale et physique qu’exigent ces efforts incessants. Aussi doit-on, à ce titre, considérer son Balzac comme une forme d’autoportrait.